Articlesinterviews houdinimatic

INTERVIEW – Thibault Houdon

Houdinimatic – Bonjour Thibault, pour commencer, peux-tu nous parler du chemin que tu as emprunté pour apprendre les VFX et ce qui t’as donné envie de te lancer dans cette voie ?

Thibault Houdon :  Salut Jackson 🙂 ,
Alors au départ je suis un passionné de cinéma et je m’étais donc dirigé dans cette voie.
Je suis parti au Québec à Montréal après mon bac et j’ai fait un CEGEP(1) en cinéma.
Je faisais déjà beaucoup de tutoriels dans mon temps libre et pas mal de matte painting quand j’étais au CEGEP et je me suis dit que les VFX seraient une bonne porte d’entrée dans le domaine du cinéma. Je suis don c allé ensuite à une université d’effets visuels qui s’appelle le NAD (2) et par laquelle sont passés 90% des québécois qui travaillent dans les effets visuels.
J’ai eu la chance d’arriver à Montréal à un moment où tous les studios de Londres commençaient à ouvrir des succursales ici grâce aux crédits d’impôts très généreux.
Ça plus les contacts fait au NAD, autant dire que je n’ai pas eu beaucoup de mal à trouver un emploi en sortant de l’université ^^
(1) Collège d’enseignement général et professionnel au Québec.
(2) École des arts numériques, de l’animation et du design à Montréal.

Houdinimatic – Qu’ as tu ressenti pour ton premier baptême du feu en prod ? Est ce tel que tu l’imaginais avant de travailler dans le secteur ?

Thibault Houdon :  Au NAD on a eu la chance d’avoir des conditions très proches de ce à quoi on pouvait s’attendre en production. On a passé la dernière année à travailler sur un court métrage full CG à une dizaine de personnes, donc autant dire qu’on passait notre vie à l’université. Du coup une fois arrivé sur le marché du travail c’était un peu les vacances ^^
Et puis au final quand tu es dans une entreprise contrairement à l’université, les gens sont payés, doivent faire leur 40h par semaine, tu as des producteurs, des coordo etc.. donc c’est beaucoup plus structuré qu’entre nous à l’université et même s’il faut parfois faire quelques heures supplémentaires ça reste moins chaotique qu’un projet étudiant.


Houdinimatic – Quel poste occupes tu actuellement et quels sont les aspects qui te plaisent sur celui-ci ?

Thibault Houdon :  Je suis actuellement Généraliste 3D à SHED à Montréal, un studio qui fait des publicités full CG. Je fais aussi beaucoup de pipeline, en fait j’ai eu l’opportunité de refaire le pipeline complètement dans les derniers mois vu que l’on bouge presque entièrement sur Houdini. Je n’ai jamais réussi à me spécialiser dans un domaine en particulier (bien que j’ai un petit faible pour le matte painting) et j’aime donc beaucoup pouvoir toucher un peu à tout et ne pas être ‘enfermé’ dans un seul département. C’est l’avantage des studios comme SHED où tout le monde touche un peu à tout : les décisions se prennent rapidement et on peut tout changer très rapidement.

Houdinimatic – Quand as-tu découvert Houdini et qu’est-ce qui t’a donné envie de t’y mettre ? Quelles ont été les premières choses qui t’ont séduites sur ce logiciel ?

Thibault Houdon :  Je connaissais le logiciel depuis un moment en commençant l’université et j’avais déjà essayé de l’apprendre à quelques reprises mais j’avais été rebuté par le fait que je n’avais pas encore assez de connaissances en 3D en général alors qu’Houdini demande une connaissance générale de la 3D assez importante pour bien pouvoir l’utiliser.
Ce qui a tout changé, comme pour beaucoup de gens je pense, c’est la mort de Softimage. C’était un logiciel très utilisé à Montréal, et on l’utilisait à l’université­. Quand Softimage est mort, le NAD a eu la bonne idée de tout de suite faire le switch à Houdini donc nous avons eu des licenses très rapidement.
Ce qui m’a séduit c’est le fait que je sentais le logiciel très ouvert et complet. SideFX a aussi toujours eu une aura ‘solide’, comparativement à Autodesk, avec qui on n’est jamais trop sur si le logiciel sera encore là l’année prochaine. J’ai toujours touché à beaucoup de logiciels, (3DS Max, Blender, Maya, Softimage) et donc je n’avais jamais eu l’occasion de pousser l’apprentissage d’un logiciel à fond. Et vu qu’avec Houdini, ‘Sky’s the limit’ j’ai tout de suite su que c’était un investissement en temps qui serait bénéfique à tout point de vue.
Plus tard aussi, j’ai adoré les possibilités que le logiciel offre au niveau du pipeline. En général il y a tellement de choses que je peux faire dans Houdini, que sais que j’aurais beaucoup plus de mal à faire dans un autre logiciel, voire que je serais incapable de faire.

Houdinimatic – Quelles fonctionnalités nouvelles ou améliorations aimerais tu voir arriver sur Houdini ?

Thibault Houdon :  Même si ce sont des fonctionnalités que je n’utiliserais probablement pas moi-même, j’aimerais beaucoup que Houdini se dote d’un bon système de rig et d’animation. Car c’est vraiment la seule chose qui lui manque pour devenir un logiciel tel que Softimage, dans lequel il était possible de couvrir presque toutes les étapes d’une production CG.
Sinon au niveau du rendu, une meilleure façon de gérer les passes serait appréciée mais j’ai cru comprendre que les LOP (Light Operators) allaient régler tout ça dans les futures versions.
Il y a aussi beaucoup de choses qui pourraient être simplifiées, au niveau des expressions par exemple, j’ai des centaines de notes sur Evernote pour Houdini car il est difficile de retenir toutes les façons d’aller référencer un node dans un autre par exemple, ou les CHOP qui sont un peu complexes à utiliser parfois.

Houdinimatic – Merci Thibault, c’est toujours très intéressant d’avoir ce genre de retour et je pense que Side FX fera en sorte de combler ces manques au fil des versions.
Tu réalises des formations depuis plusieurs années maintenant, sur des plateformes telles que tuto.com et Udemy, d’ou te vient cette passion de l’enseignement ? Peut tu nous parlez un peu de ce deuxième métier de professeur 2.0 et de tes formations ?

Thibault Houdon :  Peut-être cela a-t-il à voir avec le fait que ma mère est professeur d’anglais, c’est probablement loin d’être la seule raison mais disons que j’ai quand même pu assister à ce que cela pouvait être d’avoir la possibilité de partager son savoir et permettre à des gens d’évoluer dans un domaine.
Après c’est aussi le côté humain qui m’intéresse beaucoup, tu me diras que pour des formations en ligne il est assez peu présent mais je donne aussi le plus possible des formations en personne, par exemple à mon ancienne université. Et puis même si on ne s’adresse pas directement à des personnes physiques en faisant des formations en ligne, les retours sont toujours très plaisants, j’ai beaucoup d’étudiants sur Udemy par exemple qui sont au chômage ou qui changent d’orientation, et se dire qu’on peut participer ne serait-ce qu’un petit peu à leur fournir des outils pour changer de voie ou même trouver un emploi c’est très gratifiant. Je pense dur comme fer que l’éducation est la solution à beaucoup de problèmes et se trouve être une porte de sortie pour beaucoup de gens.
Et donner l’envie d’apprendre à des gens, les passionner pour un sujet, c’est quelque chose qui me touche beaucoup. Je trouve que le système éducatif ne fonctionne pas du tout et j’ai beaucoup d’espoir dans les formations en ligne et ces nouvelles façons d’apprendre qui se profilent à l’horizon. Et puis j’aime aussi tout simplement l’idée de faire des formations qui soient le plus professionnelles possibles. Faire un bon plan de cours, des enregistrements le plus clair possible, j’aime tout le processus et le résultat qui en découle

Houdinimatic – Il y a aussi un serveur discord que tu as créé suite à tes formations python, qui malgré le format e learning , contribue à créer du lien avec tes élèves j’imagine, quels sujets aimerais tu traiter dans tes futures formations ?

Thibault Houdon :  En effet, j’invite d’ailleurs tous les gens intéressés par Python à rejoindre le serveur , qui n’est pas réservé qu’à mes formations Udemy. C’est en effet un super moyen d’être plus proche des étudiants et de voir tous ces gens échanger et évoluer ensemble. Pour mes futures formations j’ai beaucoup de sujets sur Python que j’aimerais traiter encore, qui ne sont pas reliés aux VFX mais qui vont permettre, avec mes autres formations, d’avoir accès à un éventail complet de formations pour commencer avec les bases, aller plus loin avec des concepts avancés, puis s’entraîner sur des projets, faire des exercices etc.
Une fois que j’aurai terminé toutes ces formations Python j’ai hâte de me remettre à des formations orientées VFX. J’ai plusieurs idées de formations pipeline / dev en VFX car c’est assez rare et je pense que cela pourrait aider beaucoup de gens, et puis plus tard des formations plus VFX pur, notamment pour Houdini.

Houdinimatic – J’ai hate de voir tes formations VFX, surtout s’il elles concernent Houdini ! Nous arrivons bientôt au terme de cette échange, que souhaiterais tu explorer prochainement sur Houdini que tu n’ai pas encore vu ?

Thibault Houdon :  Définitivement tout ce qui touche à la simulation. J’ai eu l’occasion de toucher beaucoup à tout ce qui était niveau SOP dans Houdini et j’adore le modeling procédural (faire des buildings, des plantes etc…).
Je fais pas mal de VEX aussi et avec mes connaissances en programmation j’ai de bonnes bases pour aider à SHED par exemple avec les simulations. Mais je pars souvent d’un setup qui est déjà fait que je peux débugger et ajuster pour chaque shot.
J’aimerais donc pouvoir me replonger dans les simulations d’eau, de feu etc et pouvoir les faire à partir de 0. J’avais déjà passé pas mal de temps à explorer tout ça mais le problème avec Houdini c’est qu’on oublie très vite si on ne pratique pas. Sinon continuer de pousser tout ce qui est plus technique mais toujours à visée artistique.
S’amuser avec du VEX, les vecteurs, les solvers etc pour faire des rendus plus abstraits c’est toujours plaisant.

Houdinimatic – Merci d’avoir pris le temps de répondre ! Tu veux bien dire un petit mot à la communauté houdinimatic ? 🙂

Thibault Houdon :  Bien sûr ^^ ! Continuez de partager votre savoir comme vous le faites, on a l’avantage de ne pas être trop nombreux comme cela peut être le cas sur des serveurs Discord anglophones, ce qui fait que les gens se connaissent bien et on peut obtenir des réponses rapidement sans se perdre dans le flot de centaines de messages par minutes ! Et il y a tellement de gens qui viennent de différents domaines que la communauté est riche.

Previous post

"Signed Distance Fields" avec Entagma

Next post

FMX 2018 Entagma

gaia

gaia

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *