Articlesinterviewsinterviews houdinimatic

[INTERVIEW] Ultrackathon VFX au PIDS 2019 

Nous accueillons aujourd’hui dans notre entretien :
Dominique Yolin , créateur et organisateur du Ultrackathon VFX qui a eu lieu au PIDS 2019  et directeur du studio créatif light in chaos, ainsi que qu’un des participant à cet événement  et membre de notre discord  Sébastien Volpe.

Houdinimatic : Bonjour Dominique,  et  Sébastien ,  pourriez vous présentez chacun à tour de role.

Dominique Yolin :
Bonjour Jackson,

Mon choix de carrière a été assez vite décidé par mon père à la naissance en me prédestinant ingénieur mais une fois arrivé en prépa, je ne savais toujours pas à quoi ça correspondait ingénieur…
J’ai passé les concours fin 90 en ne sachant pas vraiment à quoi me destiner quand est sorti la Menace fantôme .
Je savais que mes compétences artistiques étaient proches de zéro mais j’avais envie de travailler dans les VFX.

J’ai donc choisi de créer les logiciels qui permettraient aux artistes de créer les effets.
J’ai intégrer l’école des Mines de Nantes qui avait un cursus avec de la synthèse d’image et j’ai travaillé entre 2002 et 2014 en périphérie de l’image : j’ai travailler sur du logiciel de sous titrage, de vidéo surveillance…. mais jamais sur de la 3D pure.
Le festival du Paris Image digital Summit a débarqué dans ma ville d’Enghien.
Je m’étais dis que c’était un signe que l’heure de ma reconversion était arrivée , malheureusement il ne mettait en valeur que l’aspect artistique des compétences, il n’y avait aucune boite technique.J’ai alors décidé de faire une spécialisation et j’ai fait une formation d’un an à l’école IMAC(1)  sur de la programmation visuelle.
(1) IMAC  : Image – Multimédia – Audiovisuel – Communication

Sébastien Volpe: 

Bonjour, je suis Sébastien Volpe, concepteur / développeur logiciel depuis plus de 7 ans et apprenant en mastère 2 chez Institut artline .
Ne connaissant rien à la 3d j’ai voulu réaliser un clip,  « Frankenstein » , pour un group de rock Xteriaxperience. dont j’ai aussi réalisé le site et le logo.
J’ai réussi à réaliser en autodidacte cette partie avec Unity/modo/V-ray, substance/mixamo en 6 mois.
Mais j’était bloqué et n’arrivais plus à augmenter la qualité de mes scènes. Sentant mes limites, j’ai décidé de progresser en 3D en intégrant l’institut artline en master animation 3d et vfx ou j’ai appris Houdini avec Sébastien Tafani.

Houdinimatic – Comment t’es venu l’idée d’organiser cet évenement ?

Dominique Yolin : 

Ce qui m’a marqué lors du PIDS, c’est la mise en avant surtout de la partie artistique et non technique des VFX.

Je me suis dit qu’il fallait y faire quelque chose et j’ai parlé avec les organisateur de l’événement en leur disant qu’il fallait mettre plus de boites techniques afin d’ouvrir les portes de l’emploi à des ingénieurs tels que moi.
Après ma formation continue, j’ai décidé de créer la société Light In Chaos avec mon associé Walid, mais nous avons gardé l’idée d’organiser quelque chose pendant le PIDS derrière la tête.
Ils sont revenu vers nous en 2017 et ont suivi nos conseils en nous demandant de mettre en place un événement durant le PIDS qui mêlerait art et technique (qui sont les 2 faces d’une même pièce à mes yeux)
Pour l’édition 2018 nous avons alors organisé un premier Ultrackathon : créer une course de drone interactive en réalité virtuelle
Comme je l’ai dit plus haut, nous ne voulions pas que notre événement ne soit que technique, il fallait qu’il ait une dimension narrative, nous avons donc commencé par un concours d’écriture puis un concours graphique afin de créer l’univers dans lequel allait se dérouler cette course
Voilà comment était né l’Opération : cybeRVitesse
Après le festival, suite au succès de ce premier challenge,  nous avons été recontacté à la mi-juillet par les organisateurs nous demandant de recommencer quelque chose.
Nous avons alors décidé de nous refocaliser sur les VFX et de laisser de coté la partie VR et nous avons donc organisé IntereFX un ultrackathon destiné à inventer une solution de génération et d’incrustation de VFX temps réel interactifs

Nous avons demandé à des écoles de réaliser un court métrage qui serait vierge de tout effet spécial mais propice à l’incrustation d’effets spéciaux. La première école à répondre présent, fut Artline Institut ou Sébastien est élève.

Houdinimatic – En quoi consiste le Ultrakathon? Comment est il organisé  ? Est ce réservé exclusivement aux écoles ? Combien de groupes participe t-il ?

Dominique Yolin :
L’Ultrakathon  a commencé depuis quelques mois . 2 films ont été choisis.
L’évènement au PIDS  s’est déroulé lui,  sur 3 jours.
Il a été organisé par Le groupe Light in Chaos : page facebook
Le premier jour des teams ont été formées et des leads désigné pour chaque team.
Les différentes team : Unity -> VFX, Houdini -> VFX, Les développeurs mobile, les compositeurs …etc…
Les noms des participants sont sur le site dédié à cet évent  :  http://interefx.fr/.

Nous avons voulu nous associer au PIDS car ils réunissent les plus grands noms des effets spéciaux afin de donner une portée internationale à notre événement.

Et du fait que le PIDS mettait une job fair en place, nous avons conclu que la meilleure synthèse de ce que nous voulions faire était d’organiser un ultrakathon  réunissant des élèves des meilleures écoles de 3D / VFX / Développement afin de créer un concept innovant d’une part et d’ouvrir les portes du monde professionnel aux étudiants nous accompagnant.
Notre événement durant le PIDS avait 2 buts : le premier créer une solution technologique innovante et le deuxième de valoriser nos élèves, nos savoir faire et nos école.
Nous savions que pour intéresser les gens la seule prouesse technologique n’est pas suffisante, il y a besoin d’une bonne histoire pour créer un lien avec notre public.
On ne s’est pas surnommé Light In Chaos, les Alchimistes de la Narration pour rien :clin_d’œil:
Nous avons donc décidé qu’il fallait absolument une composante narrative à notre approche, mais nous savions qu’en 56h de ultrakathon  c’était quelque chose d’inenvisageable.
nous avons décidé de mettre notre ultrakathon  sous stéroïde et d’en faire un ultrakathon  , en créant un événement sur plusieurs mois, qui ferait intervenir un grand nombre d’acteurs et qui finirait en apothéose pendant le festival des effets spéciaux.

L’année dernière nous étions partie sur de la course de drone en réalité virtuelle interactive mais cette année nous avions décidé de nous recentrer sur l’essence du festival : les VFX

Nous avons aussi réfléchi à quel était l’avenir des VFX et nous sommes arrivé à l’idée de faire des effets spéciaux temps réel interactifs.
Garder une composante interactivité afin que le public soit partie prenante de notre œuvre était pour nous essentiel pour que l’oeuvre soit vivante.
Les personnes dans la salle devait télécharger une application mobile développée pendant l’événement qui allait leur permettre d’influer sur le rendu des VFX temps réel pendant la projection.
En parallèle du développement de la partie temps réel il y avait des VFX pré calculés  à réaliser et intégrer sur les deux courts métrages qui nous avaient été fournis par les écoles MJM et CLCF .
Nous avons donc contacter des écoles de cinéma et MJM et le CLCF ont relevé le défi en réalisant chacun un court métrage qu’ils nous ont livré au début de notre ultrakathon .
Lors de cet édition, nous avons réussi à réunir plus d’une trentaine d’étudiants venant de différents horizons : Artline Institue a ouvert le bal et a permis à ce que l’on ait la crédibilité nécessaire pour démarcher d’autres écoles
puis IMAC et Epitech nous ont rejoint, et Hetic (qui est revenu en force avec 14 étudiants, et ils étaient déjà très présent l’année dernière et pour cela je les remercie grandement) et l’ ESGI on fermé le bal.

Houdinimatic – Quel soutient avez vous eu pour cet événement.

Dominique Yolin :

Nous avions lancé un projet très ambitieux (permettre au public de contrôler le rendu visuel des effets en temps réel pendant la projection) mais nous n’avons pas laissé les étudiants tout seul pour relever le défi
nous avions réussi à réunir plus de 25 mentors ayant travaillé sur de grosses productions, dans les différents domaines d’expertises nécessaire à la réalisation de la tâche afin de les aider à aller au bout du projet.
Les mentors n’étaient évidemment pas là pour leur dire quoi faire mais pour réussir à leur faire exploiter leur propre potentiel en les poussant le plus loin possible dans leur créativité (technique ou artistique)
Nous avions également des partenaires qui nous ont aidé et soutenu pour permettre la bonne tenue de ce ultrakathon , notamment MSI, NVIDIA, Ranch Computing (ferme de rendu en ligne), Panda suite pour l’application mobile, Incarna, allegotrithmic, Wacom, Cle Production pour les supports de communication popcorn FX
Et bien entendu nos 2 sponsors Houdini qui a tout de suite capté le potentiel de notre événement, et l’union des commercants d’Enghien.

Houdinimatic – Quel a été l’influence de l’école artline sur ce projet ? Avez vous eu des difficultés à rassembler des écoles autour de ce projet ?

Dominique Yolin : 

J’avais contacté énormément d’école que j’avais déjà contacté l’année précédente, mais les réponses tardaient vraiment à venir.
Artline s’est décidée assez rapidement ce qui m’a permis de gagner en crédibilité et de convaincre d’autres écoles de se joindre à nous.
Notre événement avait lieu la semaine suivant la global game jam ce qui fait que beaucoup d’étudiants de beaucoup d’école ont fait un choix et ce n’était pas nous.
L’équipe d’artline, de gauche à droite : Valentin MADEIRA, Sébastien VOLPE, Chloé CHAUCHEPRAT, Charlotte BAGLIONI et Mehdi BOUKHEDDOUMA.

Houdinimatic – Peut-on parler de VFX jam ?

Dominique Yolin : 

c’est pas mal comme terme ça :smiley:
on avait choisi ultrakathon parce qu’on réunissait plusieurs pôle : technique, artistique, communication…
Comme je le disais, on voulait se servir de cet événement comme outil de communication et nous avions prévu de réunir également des community manager, des web marketeux, des motion designer… pour que l’on puisse toucher un large public lors de notre promotion du savoir faire français
le domaine des VFX est un secteur en croissance et la France est reconnue pour sa qualité et pourtant beaucoup de français l’ignore encore;

Nous voulions participer à notre échelle au changement des mentalités et décloisonner les métiers du cinéma francais en essayant de faire en sorte que les scénaristes et réalisateurs puissent communiquer très en amont avec les DA et les TD au lieu de dire comme toujours « on verra ca en post prod ».

Notre événement avait lieu pendant un festival de professionnels dans un domaine assez hermétique où nous avions réunis des mentors reconnus pour leur qualité, en parallèle d’une session de recrutement sur 2 jours.
On avait même des partenaires qui ont fait une annonce pour dire qu’ils cherchaient à embaucher des profils techniques qui sont habituellement ceux qui participent à la global game jam.
Heureusement l’IMAC, EPITECH et un représentant de l’ESGI se sont joint à nous et ont permis que notre projet se passe.
En fait on est un hackathon vraiment particulier , il n’y avait pas de notion de compétition et on était entièrement en collaboratif.
Nous avons créer un studio de prod éphémère où des personnes n’ayant jamais travaillé ensemble devaient créer un produit d’un nouveau genre.

Houdinimatic – Donc en gros, c’est pas vraiment un concours avec des gagnants mais plus un travail collectif de plusieurs école pour un challenge que vous proposez ?

Dominique Yolin : 

nous avions aussi des partenaires qui devaient fournir à chacun un petit quelque chose mais c’était à l’époque où on prévoyait d’avoir 24 élèves là on etait presque 35 il me semble, cette semaine je vais donc devoir relancer des négociations :smiley:
Il y avait aussi le fait d’être coaché par des mentors de qualité.
Entre Ronan Broudin, David Durand, Mathieu Mueller, Maxime Dumas, Damien Climent… il y avait du beau monde à notre hackathon / VFX Jam

Houdinimatic – d’accord, comment ça se passe , les éleves savent quel challenge ils vont devoir relever avant d’arriver au pids ? comment leur annoncer vous le pitch du projet ? y a til un chef de projet qui lead le projet global (toi peut être ? ) comment organiser vous la répartition des taches ?

Dominique Yolin :
Alors le sujet était énoncé sur la page web de notre événement (http://interefx.fr/)
le fait qu’il allait falloir créer une solution de VFX temps réel interactif mais aussi de créer des VFX classique à pré calculer sur place.
mais aucun élève n’avait vu les films sur lesquels ils allaient devoir travailler.
Dans notre idée, l’organisation allait se faire par pôle de compétence.
Chaque pôle (VFX / Modé / Unity / Dev mobile….) allait être composé de 4-5 personnes et chaque pôle devait nommer un responsable
les responsables allaient devoir communiquer entre eux sur les tâches à faire et sur la répartition dans leur groupe.
Pour la tech on a eu l’IMAC, Epitech et l’ESGI, Hetic était surtout axé sur  la modé / texturing et artline sur les  VFX / simulations.
Dominique Yolin :
Malheureusement pas autant que ce que j’aurais voulu
j’ai essayé de voir avec le Centre des Arts les organisateur du festival, si il était possible de faire venir les recruteurs ou de permettre aux étudiants du hackathon d’avoir une heure qui leur soit dédiés mais on a pas réussi.
certains sont allés voir les recruteur via la jobfair et ont pu leur dire ce qu’ils participaient à notre événement, certains recruteurs sont venus nous voir mais c’est un des axes d’amélioration sur lesquels je veux vraiment travailler.
Parce qu’on est peut être le meilleur graphiste/dev/… du monde mais si on ne sait pas s’intégrer à une prod ben on sert pas à grand chose.
Un événement comme cela demande beaucoup de proactivité ce qui est très recherché dans le monde pro.

Houdinimatic -Je trouve super ce genre d’initiative, car ça demande de la passion et de faire trembler des montagnes pour que ça aboutisse, avec le temps.

J’espère que si on relance une 3eme édition les choses se passeront plus simplement
A chaque nouvelle édition on augmente notre cercle de connaissances et de personnes à contacter pour que les choses se passent au mieux

Houdinimatic – Sébastien, pourrais tu me parler des difficultés que vous avez rencontrez à relever ce challenge, parlez moi de tout ! des galères, des victoires, ce que ça vous à permis de découvrir sur vous même, des autres ?

Sébastien Volpe :
Le premier challenge a été de repartir les équipes afin d’avoir un workflow qui fonctionne. Modeleur, texture artist, vfx…
Nous nous sommes répartis en suite les vfx à ajouter. Nous étions deux équipes vfx. Une unity pour le temp reel et nous, houdini pour les precalculés
Nous devions avoir 2 licences houdini fx. Nvidia nous a prêté leur dernière quadro à plus de 22000 € !
Nos machines étaient des i7 avec 16 go de ram et 256 / 512 Go de disque dur et une gtx 1070 ce qui était léger comme configuration pour utiliser Houdini.
Pour la première répartition des vfx nous devions faire 3 Simulations de pyro et des cailloux qui s’envolent et se détruisent comme à la fin des Avengers

Ça c’était le premier soir.

Nous avons préparé avec Meddy et moi les setup avec houdini apprentice pendant la nuit pour n’avoir qu’à les reprendre le lendemain avec Houdini FX.
Le lendemain 15h, nous avons dormi 1 heure, Sidefx ne nous avait toujours pas envoyé les licences houdini fx. Du coup, plan b, j’ai utilisé ma machine personnelle  à distance pour réaliser les vfx.
Nous avons ensuite reparti à nouveau les vfx. Avec qu’une machine et en remote nous avons fait 3 simulations de pyro .
Toutes rendu avec clarisse ifx. Le challenge était de choisir la qualité maximum pour les simulations sans dépasser la deadline.
Nous avons réussi ! Nous avons livré les 3 simulations rendu au format exr dans les temps.
La qualité était suffisante pour le compositing, une passe de motion blur et hop, des Flammes lisses :smiley:
Le plus embêtant était d’avoir les bonnes couleurs pour le lookdev.
L’affichage à distance de mon ordinateur dégrade les couleurs, j’ai du faire une déduction des trois attributs heat température et density sur un plane 2D dans houdini pour être sûr que du côté de clarisse je les aurais correctement pour le shading / lookdev

Houdinimatic – Merci à vous deux pour nous avoir accordé cet interview, à bientôt sur le discord pour nous tenir au courant sur la prochaine édition du Ultrackathon VFX.

Previous post

HOUDINI 17 - Preview - La star de cette édition, un nouveau solver : VELLUM

Next post

This is the most recent story.

gaia

gaia

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *